Parcourir les expositions (2 total)

Tamari'i Volontaires, les tahitiens dans la seconde guerre mondiale

PANNEAU 0 2140X780.jpg

L’exposition Tamari’i Volontaires a été organisée en juillet 2014 au Musée de Tahiti et des îles. Conçue par Jean-Christophe Teva Shigetomi, elle a accueilli sur fond sonore (chants des Tamari’i Volontaires), quatre-vingt dix mètres linéaires de panneaux comprenant textes, documentations, photos et illustrations de la plume du graphiste Jean-Louis Saquet. L’exposition s’est complétée d’une petite salle de projection avec la diffusion en continu du documentaire <em>Bir Hakeim, la France renaissante</em>, d’un écran projetant les portraits des Tamari’i Volontaires et d’objets divers issus de collections privées et de la salle d’honneur du Rimap : casques, fanions. Sur trois semaines, l’exposition Tamari’i Volontaire a accueilli 1400 visiteurs.

Poilus Tahitiens

Poilus Tahitiens_PANNEAU 1 Poilus tahitiens introduction.pdf

De la grande guerre, la mémoire polynésienne ne retient aujourd’hui que la citation du Bataillon mixte du Pacifique (BMP) engagé au sein
de la Xème Armée en octobre 1918 à Vesles-et-Caumont. Elle ignore ou méconnait l’épopée des premiers conscrits ou volontaires tahitiens
qui ont gagné le front de France dès la déclaration de guerre.
Dès 1915, des natifs de Tahiti, collégiens ou étudiants sont incorporés et se battent déjà dans les tranchées.
La mémoire tahitienne occulte aussi les autres engagements dans les corps d’armée comme les chasseurs alpins, les zouaves, l’artillerie,
les scaphandriers, les marins, le train et l’aviation. En 1916, une centaine de conscrits et de volontaires tahitiens versés dans l’Armée d’Orient
1sont dirigés sur Salonique, front qui reste encore absent de la mémoire collective nationale laquelle continue à privilégier les théâtres d’opérations
de France, de la Marne, de la Somme et de Verdun. Or, c’est sur ce front d’Orient que l’offensive victorieuse des Alliés en septembre 1918 amènera
l’effondrement de la Triplice avec la demande d’armistice de la Bulgarie suivie de l’Autriche-Hongrie et enfin de l’Allemagne en novembre 1918.